top of page
  • Photo du rédacteurPhilippe JONEAU

Bilan opérationnel SNSM 2022

En 2022, les Sauve­teurs en Mer ont réalisé plus de 7 400 inter­ven­tions pour 26 000 personnes prises en charge, de la plage au large, dont 14 000 ont été soignées dans les postes de secours cet été et près de 10 000 secou­rues en pleine mer.

Quels sont les motifs d’in­ter­ven­tion ?

Les avaries sont la première cause des inter­ven­tions en mer (50 %), qu’il s’agisse d’ava­ries moteur, élec­triques, de barre, d’hé­lices enga­gées, de voies d’eau ou encore de ruptures de mouillage. Suivent les échoue­ments, souvent liés à une mécon­nais­sance du secteur géogra­phique (12 %). Ces motifs d’in­ter­ven­tion liés au maté­riel en premier lieu, peuvent mener à une mise en danger des usagers. La SNSM y est donc parti­cu­liè­re­ment vigi­lante pour la sécu­rité de tous en mer.

Qui est concerné ?

75 % des personnes secou­rues en mer pratiquaient la plai­sance à moteur ou à voile, les profes­sion­nels de la mer (navires de pêche…) et pratiquants de loisirs nautiques (kite­surf, planche à voile, kayak…) étant concer­nés par le reste des inter­ven­tions.

Le nombre d’em­bar­ca­tions assis­tées s’avère stable par rapport à l’an dernier et la SNSM pour­suit son travail de sensi­bi­li­sa­tion auprès des pratiquants de sports nautiques. Les dangers liés à ces nouveaux loisirs restent une préoc­cu­pa­tion. L’été, ils font partie des vacan­ciers les plus secou­rus dans la bande des 300 mètres après les baigneurs et les usagers de la plage en diffi­culté. Kite-surfs, kayaks, planches à voile, stand up paddle et surfs sont les flot­teurs les plus concer­nés.

Mobi­li­sée 24 heures sur 24, 365 jours par an, la SNSM porte assis­tance à toute personne en danger, sous la coor­di­na­tion des CROSS (Centres régio­naux opéra­tion­nels de surveillance et de sauve­tage) grâce à l’en­ga­ge­ment de ses 8 800 béné­voles présents sur les côtes de la Manche, l’At­lan­tique, la Médi­ter­ra­née et dans les terri­toires ultra­ma­rins.

LES NUMÉ­ROS D’ALERTE À CONNAÎTRE ABSO­LU­MENT.

Le 196 en mer : il permet de joindre direc­te­ment les CROSS au moyen d’un télé­phone (ou Canal 16 de la VHF).



20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page